Communiqué : A Lille, l’extrême droite veut « casser du PD »

14494612_740992586041371_8721157380859547954_n

Ce samedi 12 novembre vers 23h30, alors que des syndicalistes lycéens (UNL), étudiants (UNEF) et des militants de la jeunesse communiste, dont plusieurs cambrésiens, fêtaient un anniversaire dans un bar du centre de Lille, ils ont été agressé par un groupe de personnes se revendiquant d’extrême-droite, et affirmant soutenir le bar « La Citadelle », fief du groupuscule « Génération Identitaire ».

Le ton est vite monté suite aux insultes homophobes et racistes de ces individus. Après une première tentative infructueuse d’agression, les sympathisants du bar «La Citadelle» sont alors revenus plus nombreux et armés de poings américains. Ils ont alors agressé physiquement et verbalement les jeunes présents, blessant au visage un lycéen. Malgré de nombreux appels, les forces de l’ordre ne sont jamais arrivées. Une plainte sera déposée ce lundi 14 novembre.

« Ce soir on ne va pas violer des PDs, mais on va pouvoir péter des gueules », Propos tenus par ces individus d’extrême droite.

Cette agression est le symptôme de la montée des idées les plus nauséabondes dans notre société. Nous connaissons le phénomène similaire à Cambrai, et dans beaucoup de villes du Nord Pas de Calais et plus globalement en France. Face à cela, nous ne pouvons rester immobiles et accepter que nos lieux de vie, d’études, de travail mais aussi de détente deviennent susceptibles d’être attaqués à tout moment par des militants d’extrême droite. Nous ne pouvons pas craindre de nous faire agresser par eux, nous ne pouvons les laisser devenir décisionnaires de nos actions, de nos déplacements selon notre couleur de peau, notre orientation sexuelle, notre genre, notre orientation politique.

Nous appelons donc chacun et chacune qui refuse la banalisation des idées d’extrême droite à venir participer à la manifestation du 19 novembre 2016, qui partira de la Place de la République à Lille à 14h30, à l’initiative du MRAP et de la Ligue des Droits de l’Homme.

 

 

Publicités

En avril la JC défile, en mai elle se met au muguet.

Les jours se rallongent, avril touche à sa fin, tout comme l’espoir d’une politique de gauche par un gouvernement qui s’affiche ouvertement du côté des grands patrons. Nous avons été présents en masse le 12 avril lors de la manifestation contre l’austérité.  Le 1 er Mai, fête internationale des travailleurs, nous serons donc comme chaque année présents aux côtés des travailleurs,lycéens, étudiants et retraités. Nous en profiterons pour vendre le traditionnel muguet ainsi que l’édition « Spéciale Jeunes » de Liberté Hebdo, le petit canard rouge de la région qui connaît des difficultés avec son 3ème cambriolage en l’espace de 9 mois.

Cette fête sera donc l’occasion de partager un moment fraternel tout en clamant haut et fort que nous tenons à nos acquis sociaux, que nous ne laisserons ni le droit des travailleurs être bafoué ( n’en déplaise à Hervé Morin qui souhaiterait un retour à la semaine de 39 heures ) ni le gouvernement faire des économies sur le dos des travailleurs ( 50 milliards d’euros d’économies ont été annoncés alors même que 35 milliards sont promis aux patrons avec l’allègement des charges patronales via le pacte de Responsabilité, que le Medef lui même approuve ) . Comme nous l’avons prouvé lors de la manifestation du 12 avril, nous ne nous résignerons ni à la hausse du chômage et de la précarité, ni à la casse de nos services publics !

Nous vous donnons donc rendez vous le JEUDI 1ER MAI dès 11H à l’HOTEL DE VILLE DE CAMBRAI pour cette journée synonyme d’union des travailleurs.

Photo de Marceline Wachez.

Manifestation du 12 avril contre l’austérité – Photo de Marceline Wachez.

Photo de Marceline Wachez.

Manifestation du 12 avril contre l’austérité – Photo de Marceline Wachez.

Photo de Marceline Wachez.

Manifestation du 12 avril contre l’austérité – Photo de Marceline Wachez.

Photo de Romain Pukica

Manifestation du 12 avril contre l’austérité – Photo de Romain 

Forte mobilisation à la Journée de Formation Fédérale de la JC du Nord !

Ce Samedi, dès 9H, ils étaient déjà plusieurs dizaines de Jeunes Communistes présents à l’Espace Paul Eluard de Roubaix afin de participer au Week-End de formation des Jeunes Communistes du Nord. Au total, une centaine de jeunes dont dix de la Somme étaient présents tout au long de la journée ! Au programme : l’étude du Système Capitaliste, l’histoire de la JC, la dialectique du côté des formations théoriques… Mais nous ne concevons pas l’Education Populaire comme quelque chose qui irait à sens unique !

Ainsi, même si pendant ces instants purement théoriques la discussion de tous permettait à tout le monde de s’enrichir, l’après-midi fut consacrée à des « ruches » thématiques en petits groupes. Cette volonté politique de briser les schémas de domination même dans le domaine de l’Education, nous l’assumons totalement !

C’est aussi ce qui peut expliquer le succès croissant de ces journées où tout le monde peut apprendre, du nouveau militant au plus expérimenté. La diversité des thèmes abordés dans les ruches a permis à chacun de se former sur le sujet qui l’intéressait le plus : Palestine, Racisme d’Etat, Guerres Impérialistes, Union Européenne, Education, Travail mais aussi apprendre à décrypter les mensonges médiatiques !

Le lendemain matin, nous étions nombreux à passer à la pratique en allant à la rencontre de la population de la Métropole Lilloise, afin de convaincre les jeunes et les moins jeunes de la justesse de nos idées. Pari gagné puisque plusieurs lycéens et précaires ont décidé suite à nos actions de nous rejoindre dans notre lutte révolutionnaire !

Toi aussi rentre dans le combat pour un travail, pour une formation, pour une meilleure vie, sans misère !

(Article tiré du site de la JC du Nord)

Les Voeux 2014 de la JC Cambrai

Les jeunes communistes de Cambrai vous souhaitent une très bonne année 2014, remplie de bonheur, de lutte et de victoires !

En 2013, nous avons dû faire face à la 6ème année de crise du capitalisme, à un gouvernement prétendument socialiste bien qu’à la botte du grand patronat. Celui-ci cassant systématiquement les droits et les avancées pour lesquels nos parents et nos grands-parents se sont battus. C’est par exemple le cas de notre système de retraites honteusement mis à mal par François Hollande avec la bénédiction du MEDEF, de l’UMP et du PS. Ainsi on se verra obliger de trimer jusqu’à 70 ans alternant CDD, intérim et chômage pour au final toucher une retraite de misère. Triste avenir !

  Pendant ce temps chez les bourgeois tout va pour le mieux. Les 500 plus grosses fortunes de France se sont ainsi enrichies de 25 % en 2013, soit un dixième de la richesse de la France entre les mains d’un cent-millième de la population ! Visiblement les médias français sont passés à côté de l’information et ont préféré parler insécurité et immigration…

En parallèle, dans le Cambrésis, le lycée Fénelon a perdu 12 professeurs et le volailler Doux licenciait 873 personnes, les conducteurs de bus ont vu leurs salaires diminuer et leurs primes disparaître…

Mais les jeunes communistes cambrésiens ne se laissent pas abattre. Nous avons en effet été de toutes les batailles l’an dernier : nous avons lutté contre l’extrême droite ; avec la création d’un collectif antifasciste pour faire barrage aux idées fascistes et xénophobes. Contre l’austérité en organisant des manifestations contre les suppressions de postes de professeurs au lycée Fénelon qui ont réuni près de 500 lycéens !

Le 1er mai nous avons également manifesté avec plus de 200 travailleurs et 4 jours plus tard nous participions au repas du PCF du Cambrésis, renforçant par la même nos liens avec le parti et les militants expérimentés. En bref, 2013 a été pour nous une année de lutte et 2014 le sera tout autant !

Lors de notre dernière réunion, nous avons pris la décision -à l’unanimité- de mener campagne pour la libération du peuple palestinien et la reconnaissance par la France de la Palestine, campagne menée nationalement par notre organisation. Nous avons donc pris acte des enseignements de Ernesto Guevara qui affirmait que : « les jeunes communistes ne doivent pas être limités par les frontières d’un territoire ; ils doivent pratiquer l’internationalisme ».

Nous engagerons également une campagne de fond contre le chômage, les licenciements et la précarité, dans le but de porter à la jeunesse et aux travailleurs notre projet politique alternatif et révolutionnaire ! C’est pour nous le meilleur moyen de faire reculer le racisme et les idées pourries du Front National et de l’UMP. Idées partagées aujourd’hui par le ministre de l’intérieur qui mène la chasse aux lycéens sans-papiers, aux Rroms et autres travailleurs immigrés, dans le seul intérêt du patronat : celui de nous diviser pour mieux régner.

Aujourd’hui plus que jamais, nous, jeunes, avons besoin de nous défendre et de prendre parti. Pas n’importe quel parti bien sûr : celui de la lutte au côté des travailleurs, la lutte de classe pour nous défendre face aux assauts du grand capital ! Allons conquérir de nouveaux droits aux cotés de la jeunesse communiste jusqu’à l’avènement d’une société où l’intérêt général prime sur l’intérêt de quelques-uns : le socialisme !

Les Jeunes Communistes de Cambrai.

Cambrai répond présent pour la mobilisation nationale du 5 Novembre

  Ce mardi 5 Novembre 2013, à partir de 9h, la Jeunesse Communiste de Cambrai organise et participe, en collaboration avec les organisations syndicales que sont l’Union Nationale des Lycéens (UNL) et l’Union Nationale des Étudiants de France, à un rassemblement lycéen et étudiant, en marge du grand mouvement national qui se déroulera ce même jour.

    Ce rassemblement est organisé pour mobiliser la jeunesse du Cambrésis contre les expulsions de jeunes scolarisés, tels Léonarda ou Khatchik, ainsi que d’autres dont les cas sont moins connus. Ces expulsions qui vont à l’encontre de tous les principes de la République, et qui brisent les vies de ces jeunes qui étudient pour préparer leur avenir. Il est du devoir de la jeunesse, que ce soit à Cambrai ou ailleurs, de montrer sa solidarité avec ces jeunes.

   Le retour de vacances et le mauvais n’aidant pas, un groupe a tout de même bravé les éléments pour se réunir devant la sous-préfecture, avant qu’une délégation comprenant des membres de l’UNL, de l’UNEF et de la JC, ainsi que de la CGT Educ’Action ne demande à rencontrer le sous-préfet afin qu’il puisse transmettre à l’Etat les doléances des jeunes du Cambrésis contre les expulsions d’élèves, notamment les retours des deux expulsés Léonarda et Khatchik, propulsés comme « symboles médiatique » d’un problème combattu depuis des années de manière anonyme et locale dans les établissements scolaires, ainsi que la mise en place d’une circulaire organisant l’arrêt immédiat de toute procédure d’expulsion concernant un jeune en formation, et le vote d’une loi interdisant d’engager une procédure d’expulsion contre les familles dont un enfant mineur est en cours de scolarité et contre les jeunes majeurs en formation se trouvant en situation irrégulière.

   La Jeunesse Communiste de Cambrai restera mobilisée et solidaire de ce combat contre les expulsions, qui est lié aux autres combats de la JC contre les charges austéritaires de l’Europe capitaliste et du serviable gouvernement aux bottes du MEDEF qui n’est de gauche que pour les manchettes de la presse (nos retraites transformées en rêves lointains et inaccessibles, nos emplois précarisés et à la disposition des grands groupes qui veut mettre toute la jeunesse en lutte contre elle-même pour obtenir le Graal qu’est l’emploi) ainsi qu’aux relents xénophobes qui hantent nos rues, nos villes, nos établissements scolaires. Tous nos combats sont liés, pour faire face à une seule chose : le capitalisme, le régime des riches qui se moquent des peuples et qui lance son chien de garde qu’est le fascisme, incarné en France par le Front National et les autres groupuscules d’extrême-droite qui se cachent derrière la vitrine reluisante qu’offrent les médias de masse soumis au patronat au Front National.

TOUS UNIS FACE AUX EXPULSIONS DES JEUNES SCOLARISES !

TOUS MOBILISES AVEC LA JC CAMBRAI DANS LES LUTTES !

Vidéo de l’interview JC-UNEF ainsi que lien pour l’article de la Voix du Nord

Vote de l’allongement de durée de cotisation : un grave recul pour les jeunes

La nuit dernière, l’Assemblé nationale a voté les deux premiers articles de la réforme des retraites proposée par le gouvernement. L’article 2, mesure phare de la réforme, stipule l’allongement de la durée de manière progressive à 43 ans pour les « générations partant en retraite à partir de 2020 ». C’est un véritable recul de civilisation car c’est la première fois qu’un gouvernement de gauche vote une régression dans ce domaine. Non seulement ce vote valide les précédentes réformes établies par la droite mais elle constitue avant tout une mesure anti-jeunes profonde.

Alors que cette réforme se faisait soi-disant en notre nom, c’est une nouvelle offensive contre nos droits car cette mesure s’appliquera à partir de 2020, soit pour tous les jeunes actuellement en formation ou en emploi. Cette mesure ouvre la voie à la retraite par capitalisation et à une retraite à plus de 68 ans. Alors que les grandes fortunes voient leurs revenus augmenter de 25%, que le chômage continue sa montée et que la précarité devient la norme, le gouvernement reste sourd aux attentes populaires.

S’il veut changer la vie des jeunes, le président de la République doit enfin entendre l’appel des organisations de jeunesse pour un retour au droit commun et une sortie des dispositifs de précarité qui ne cessent de s’allonger. Pour cette réforme des retraites, dans le cadre du collectif « la retraite, une affaire de jeunes », nous exigeons la prise en compte des années d’étude dans le calcul des retraites ainsi que les stages et les périodes d’apprentissage dans un cadre bien défini. Il s’agit de premières mesures pour entamer une véritable ambition pour les jeunes pour permettre à chaque jeune de construire son parcours de vie. En clamant haut et fort « La précarité, c’est pas un métier », les jeunes communistes seront à la pointe pour une hausse des salaires, un véritable statut pour les jeunes en formation professionnelle, de nouveaux pouvoirs d’intervention pour les salariés, l’interdiction des licenciements boursiers et un véritable service public de l’orientation.

C’est cette voix que nous ferons entendre lors de nos interpellations aux parlementaires devant l’Assemblée nationale le 10 octobre puis auprès des sénateurs.  Nous le ferons aussi dans la rue le 15 octobre et devant le maximum de permanences de députés avec les jeunes dans leurs territoires.

Notre mot d’ordre : mobilisation de la jeunesse pour défendre ses droits !

(Article tiré du site MJCF)

Les Fascistes en viennent aux mains : Cambrai ne sera pas fasciste !

L’Histoire est condamnée à un éternel recommencement si les erreurs du passé ne sont pas comprises. Les horreurs du fascisme ne datent que de 70 ans et pourtant certains continuent à prôner cette idéologie destructrice et un climat délétère s’empare peu à peu de nos villes et villages au fur et à mesure de la banalisation de leur existence.

Malgré la dissolution officielle des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (JNR) et de Troisième Voie le 26 juin à la suite de la mort d’un militant antifasciste sous les coups d’un membre de ces groupuscules fascistes, Cambrai a été le théâtre de la réunion de deux de ces groupuscules avec l’arrivée de l’Œuvre Française et des JNR, alors que sévissait déjà Génération Identitaire.

Et ces groupes affichent leur virulence dans le Cambrésis, entre campagnes insultantes prônant la haine de l’autre, des menaces portés à certains groupes politiques pacifiques et allant même jusqu’à l’agression d’un anti-fasciste sur Cambrai, au seul motif qu’il posait un autocollant allant en désaccord de leurs idées haineuses. Et ce en plein jour.

Cambrai se doit de s’unir face à ces groupes de la haine, qui se cachent derrière la vitrine électorale et banalisée du Front National, et ne pas avoir peur de se dresser face à eux. L’existence même de ces groupuscules menace les valeurs républicaines de notre ville, et nous appelons à la formation d’un collectif contre le fascisme à Cambrai.

Nous appelons également à la dissolution effective de ces groupuscules à Cambrai. La liberté d’opinion ne peut couvrir leur discours incitant à la haine, ce qui est un délit au regard de la loi.

Ce collectif n’a pas d’étiquette politique, est ouvert à toute personne qui partage les valeurs républicaines de notre société, les valeurs antiracistes et humaines, aux jeunes et travailleurs qui ne veulent pas vivre sous un fascisme présent dans notre ville !

Tous unis face au fascisme, notre union sera leur défaite irréductible à Cambrai comme partout ailleurs !

La page officielle du Collectif Anti-Fasciste de Cambrai