Communiqué : Face à l’abandon des jeunes de l’ASE ( ex DASS ), répondons présents et refusons la suppression des APJM !

Le Conseil Départemental du Nord, pour résoudre des problèmes de finances, s’attaque aux Jeunes de l’ASE (Aide Sociale à l’enfance) en les mettant à la rue à 18 ans !

Auparavant, un jeune de l’ASE (ex DASS) pouvait, à partir de 18 ans bénéficier d’un APJM.

L’APJM, c’est l’Accueil Provisoire Jeunes Majeurs, c’est à dire un contrat qui permet de bénéficier d’un accompagnement éducatif et financier, dans le but de pouvoir prendre son indépendance sur de bonnes bases, que ce soit par le biais d’un soutien éducatif, de diverses formations professionnelles ou la continuité de leur parcours scolaire.

Cet APJM est depuis le 1er Janvier 2016 remis en cause par le Conseil Départemental, qui accentue pressions et intimidations sur les établissements d’accueil afin d’arrêter ces contrats de prise en charge. Les mineurs atteignant leur majorité en cours d’année, qui n’ont ni ressource ni liens familiaux ne seront plus pris en charge. Les uns et les autres se trouveront livrés à eux-mêmes, dans l’impossibilité de se nourrir et de se loger dignement. Les près de 1300 jeunes concernés par les APJM dans le seul département du Nord n’ont pas à subir l’austérité !

Il est indigne de précipiter sans scrupule un jeune ayant eu des difficultés familiales dans un nouvel abandon !

La Jeunesse Communiste de Cambrai s’oppose strictement à ces restrictions de budget qui vont enliser des centaines de personnes dans des situations précaires insoutenables. Une fois de plus, ce seront les jeunes les plus précaires qui devront faire les frais de ces coupes budgétaires, alors que les plus riches continuent à avoir accès aux meilleures écoles, et à un accès facilité à l’emploi. La suppression des APJM ne feront que renforcer des injustices et ces inégalités !

Nous demandons :

-Le Rétablissement des conditions originelles d’obtentions des APJM.

-Le droit à un accompagnement d’insertion 18/25 ans pour permettre aux Jeunes de l’ASE de construire dignement leur avenir.

-La mise en place d’une politique nationale de l’aide sociale à l’enfance en revenant sur la décentralisation de celle-ci, afin d’homogénéiser dans chaque département la protection de l’enfance.

Arrêtons de faire souffrir à coup de restrictions budgétaires ! La France, qui ne targue d’être le pays des droits de l’Homme, doit permettre à toutes et tous des conditions de vie et d’éducation dignes! Misons sur le droit à l’éducation, le droit de vivre dignement, le droit de pouvoir construire son avenir correctement ! Misons sur l’avenir, misons sur notre Avenir !

apjm

Cette bataille n’est pas la première. Ici, photo de la lutte qui avait été menée pour le maintien du 115.

Publicités

Cambrai répond présent pour la mobilisation nationale du 5 Novembre

  Ce mardi 5 Novembre 2013, à partir de 9h, la Jeunesse Communiste de Cambrai organise et participe, en collaboration avec les organisations syndicales que sont l’Union Nationale des Lycéens (UNL) et l’Union Nationale des Étudiants de France, à un rassemblement lycéen et étudiant, en marge du grand mouvement national qui se déroulera ce même jour.

    Ce rassemblement est organisé pour mobiliser la jeunesse du Cambrésis contre les expulsions de jeunes scolarisés, tels Léonarda ou Khatchik, ainsi que d’autres dont les cas sont moins connus. Ces expulsions qui vont à l’encontre de tous les principes de la République, et qui brisent les vies de ces jeunes qui étudient pour préparer leur avenir. Il est du devoir de la jeunesse, que ce soit à Cambrai ou ailleurs, de montrer sa solidarité avec ces jeunes.

   Le retour de vacances et le mauvais n’aidant pas, un groupe a tout de même bravé les éléments pour se réunir devant la sous-préfecture, avant qu’une délégation comprenant des membres de l’UNL, de l’UNEF et de la JC, ainsi que de la CGT Educ’Action ne demande à rencontrer le sous-préfet afin qu’il puisse transmettre à l’Etat les doléances des jeunes du Cambrésis contre les expulsions d’élèves, notamment les retours des deux expulsés Léonarda et Khatchik, propulsés comme « symboles médiatique » d’un problème combattu depuis des années de manière anonyme et locale dans les établissements scolaires, ainsi que la mise en place d’une circulaire organisant l’arrêt immédiat de toute procédure d’expulsion concernant un jeune en formation, et le vote d’une loi interdisant d’engager une procédure d’expulsion contre les familles dont un enfant mineur est en cours de scolarité et contre les jeunes majeurs en formation se trouvant en situation irrégulière.

   La Jeunesse Communiste de Cambrai restera mobilisée et solidaire de ce combat contre les expulsions, qui est lié aux autres combats de la JC contre les charges austéritaires de l’Europe capitaliste et du serviable gouvernement aux bottes du MEDEF qui n’est de gauche que pour les manchettes de la presse (nos retraites transformées en rêves lointains et inaccessibles, nos emplois précarisés et à la disposition des grands groupes qui veut mettre toute la jeunesse en lutte contre elle-même pour obtenir le Graal qu’est l’emploi) ainsi qu’aux relents xénophobes qui hantent nos rues, nos villes, nos établissements scolaires. Tous nos combats sont liés, pour faire face à une seule chose : le capitalisme, le régime des riches qui se moquent des peuples et qui lance son chien de garde qu’est le fascisme, incarné en France par le Front National et les autres groupuscules d’extrême-droite qui se cachent derrière la vitrine reluisante qu’offrent les médias de masse soumis au patronat au Front National.

TOUS UNIS FACE AUX EXPULSIONS DES JEUNES SCOLARISES !

TOUS MOBILISES AVEC LA JC CAMBRAI DANS LES LUTTES !

Vidéo de l’interview JC-UNEF ainsi que lien pour l’article de la Voix du Nord

La MJCF reste au front des luttes sociales

Alors que l’été vient d’ouvrir ses portes, le climat reste pourtant détestable. Comment pourrions-nous profiter de nos vacances dans l’insouciance quand les difficultés nous écrasent et nous empêchent de profiter du « plus bel âge de la vie » ?  

Nous lançons la mobilisation des organisations de jeunesses pour refuser d’être condamnés à la précarité! (déclaration unitaire et invitation au meeting de lancement ci-contre).

Cet été a pour nom chômage de masse, contrats saisonniers pourris payés au lance-pierre, stages non ou peu payés, discriminations en tout genre… les chiffres ne choquent même plus malgré l’ampleur de la catastrophe : un jeune sur cinq sous le seuil de pauvreté, 25,7% de chômage soit 780 000 demandeurs d’emplois, près de 180 000 jeunes qui sortent du système scolaire sans formation ni qualification. Dans ce contexte, les premières annonces de la  nouvelle conférence sociale  n’augurent pas encore de changement positif.

On nous ressort avec une nouvelle réforme des retraites annoncée qui devrait allonger la durée de cotisation et sape toujours plus notre système par répartition dans la lignée des régressions précédentes. Quant aux salaires ou à l’argent public destiné aux entreprises, on peut repasser…  Ce gouvernement nous  serine  sans cesse de trouver de nouvelles économies de  de 20 milliards d’euros  alors qu’il donne la même somme au patronat sans contreparties  au nom de la compétitivité!

Avec d’autres organisations de jeunesse, nous affirmons le principe que la durée de cotisation ne peut être allongée ! Cela restreint toujours plus l’entrée des jeunes dans le monde du travail  tout en allant à l’encontre des besoins des travailleurs de ce pays. Il faut au contraire une réelle ambition pour les jeunes  de France en sécurisant les parcours d’emploi et de formation. Il ne faut plus un jeune en stage, en apprentissage ou en alternance sans garantie de qualification ou d’embauche. Il ne faut plus permettre aux employeurs de nous considérer comme un coût par des dispositifs spécifiques sous-payés au nom de « l’insertion » ou à grands coups d’exonérations massives de cotisations qui n’ont jamais prouvé leur efficacité à créer de l’emploi. Il ne faut plus faciliter les licenciements de la part de ces entreprises alors qu’elles réalisent des profits. Une vie faite de CDD ou d’autres contrats précaires n’est à l’évidence pas envisageable pour nous. Cela rend impossible toute idée d’une retraite pleine et entière.

Nous mobiliserons pour gagner ces nouveaux droits car il s’agit bien d’agir dès maintenant pour changer nos conditions de vie et permettre à tous de se former ou de travailler dignement. C’est bien ainsi que nous pourrons construire et maitriser notre avenir et donc nos retraites. Avec les organisations progressistes de jeunesse et tous les jeunes, nous construirons ces contenus au travers de nos forums-débats et nos multiples actions pour ne rien céder face à de futures régressions. L’heure est au vrai changement !

Nous nous donnons rendez-vous tout au long de l’été lors de nombreuses initiatives comme le camp d’été du MJCF pour construire ces réponses et cette mobilisation salutaire pour sortir le pays des impasses de l’austérité et des griffes de l’extrême droite. A la rentrée, plus offensifs que jamais, nous serons dans la rue le 10 septembre pour exiger une autre réforme des retraites. Nous serons des milliers à la Fête de l’Humanité, réunis notamment dans un grand forum pour l’emploi des jeunes pour faire entendre la voix d’une génération qui refuse de se laisser sacrifier sur l’autel de l’austérité !

(Articlé tiré du site de la MJCF)

Recteur, t’es foutu, la jeunesse est dans la rue !

Manifestation contre la casse des postes à Fénelon

Ce vendredi 12 avril 2013, à partir de 8h, la Jeunesse Communiste de Cambrai a participé à la seconde manifestation de défense des postes d’enseignants du Collège-Lycée Fénelon, partant une nouvelle fois du Lycée Fénelon.

Suite à un premier mouvement initié le 15 février 2013, réunissant dans les rues 450 lycéens mobilisés pour la sauvegarde de postes menacés de suppression à la rentrée 2013 par le Rectorat. Malgré les risques de surpopulation des classes dû à la diminution de postes, malgré l’implication des lycéens, la suppression reste à l’œuvre : nous n’avons pas croisés les bras devant ce refus.

  Ce nouveau mouvement a vu moins de participants que le premier, le climat moins clément et la présence de la Direction aux abords de l’établissement qui a fait rentrer des élèves, niant le droit de manifester qui est accordé par la loi. Mais malgré cela, la manifestation a su se faire entendre, car plus que le nombre, 150 élèves selon la police, c’est la détermination qui compte.

Plus qu’un droit élémentaire de notre République, l’Éducation est un devoir de la nation envers ses jeunes générations, qui seront appelées à la faire vivre : une éducation de qualité est nécessaire pour la jeunesse, afin de l’armer au mieux face à l’existence.

Des classes de quarante élèves sont une catastrophe pour l’enseignement, détruisant le suivi personnel des élèves et le lien entre élèves et professeurs, qui eux se retrouvent de plus en plus accablés par des effectifs trop nombreux. Au final, l’éducation, la jeunesse sont les grandes perdantes de cette politique de suppression.

Nous, la Jeunesse Communiste de Cambrai, sommes déterminés à lutter pour la sauvegarde d’une éducation de qualité, sommes résolus à mobiliser la jeunesse pour qu’elle prenne conscience que son avenir est en jeu. Notre avenir, à tous, est notre espoir, ne le laissons pas mourir au nom de politiques destructrices.

L’avenir de la jeunesse se forge dans l’éducation, soufflons nous-même notre forge !

Descente de la rue Alsace-Lorraine

Descente de la rue Alsace-Lorraine

Face aux suppressions, résistons !

Face aux suppressions, résistons !

Malgré le temps et les difficultés, la mobilisation reste présente

Malgré le temps et les difficultés, la mobilisation reste présente

Liberté Hebdo soutient la cause des Jeunes Communistes de Cambrai

Liberté Hebdo soutient la cause des Jeunes Communistes de Cambrai

Pour la sauvegarde de l’éducation, pas d’inaction, prônons la mobilisation !

Manifestation contre la casse des postes à Fénelon

https://i1.wp.com/sphotos-f.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/285259_501202713256707_1595798369_n.jpg

Ce Vendredi 15 Février 2013 dès 9h, la Jeunesse Communiste de Cambrai a participé à la Manifestation de Défense des postes des Professeurs du collège-lycée Fénelon de Cambrai, partant du Lycée Fénelon. Selon la Police, 400 personnes étaient présentes malgré l’heure précoce de l’évènement, 450 personnes selon la FCPE et le CVL de Fénelon, représenté par Victor Laby et Hélène Pierre de la Jeunesse Communiste de Cambrai.

Cette manifestation avait pour pour but d’alerter sur la condition de l’établissement scolaire, qui par la perte de 12 postes à la rentrée 2013 va voir ses classes se densifier encore, la perte de professeurs s’accompagnant par un alourdissement des effectifs de classes.

Les professeurs qui resteront devront s’occuper de plus d’élèves par classes, détruisant de plus en plus la possibilité d’un suivi plus personnel du travail d’un élève : élèves comme professeurs sont touchés par cette mesure, l‘éducation est la grande perdante dans cette affaire.

Le droit à une éducation de qualité, non contrainte par des mesures qui amèneront les professeurs à négliger de plus en plus les élèves par manque de temps pour chacun, est un devoir de la République envers ses citoyens, c’est ce que nous voulons défendre en descendant manifester dans la rue pour la sauvegarde de nos droits.

Car l’éducation est, qu’elle soit générale, professionnelle ou technologique, la première clé de notre futur, nous, la Jeunesse Communiste de Cambrai, sommes résolus à la défendre par la mobilisation de la jeunesse. Nous ne défendons pas que les postes de nos professeurs, nous défendons aussi nos futurs. Nous ne voulons pas être une génération sacrifiée, pour cela nous serons une jeunesse mobilisée.

Pour la sauvegarde de l’éducation, pas d’inaction, prônons la mobilisation et l’unité !

IMG_1303 IMG_1531 IMG_1558

11335_505598649478406_912641843_n

Article de la voixdunord sur la manifestation (cliquer sur l’image pour agrandir)

Et pour conclure, la vidéo de l’évènement, prise par l’Observateur du Cambrésis :

Vidéo de la Manifestation !

Les étudiants communistes lancent leur clip de campagne contre la précarité étudiante!

Ce clip de deux minutes, s’ouvrant sur les propos que Benoist Apparu a tenu, déclarant qu’il attend qu’on lui démontre la réalité de la précarité étudiante, montre le quotidien d’un étudiant qui pour payer ses études doit économiser sur la nourriture, la santé, trouve des difficultés à payer son loyer … Cet étudiant, bien déterminé à réussir, prend conscience que cette situation n’est pas une fatalité mais la conséquence de politiques qui visent à faire de l’Enseignement Supérieur le lieu où s’enseigne la précarité généralisée.

Avec ces scènes qui sont malheureusement tirées du quotidien de la majorité d’étudiants, les étudiants communistes rappellent donc avec humour, les conditions de vie et d’étude que’ils subissent. Le gouvernement de Sarkozy n’a de cesse de se glorifier de son bilan sur la LRU, persiste à rabaisser notre qualification et à soumettre les études à la si capricieuse économie de marché, soumet les besoins fondamentaux tels que le logement aux intérêts des plus riches, et reste bien silencieux sur la situation de des bourses toujours incertaine.

On peut alors admirer le résultat que les étudiants issus des classes populaires sont de moins en moins nombreux (- 6% depuis 2007) que le taux d’échec dès la première année (50%) et la précarité étudiante atteignent un niveau sans précédent, c’est bien la sortie de nos besoins des logiques de marché qui permettront de changer radicalement nos conditions de vie et d’étude. N’en déplaise à Benoist Apparu, les étudiants n’entendent plus baisser l’échine mais bien relever la tête et résister contre l’orchestration de ces régressions sociales.