Communiqué suite à l’agression raciste à Cambrai

Nous avons appris avec horreur par la voix de monsieur R. Schwartz, procureur de Cambrai, que dans la nuit qui a succédé les horribles attentas de Paris et de St Denis trois individus fascistes ont commandité une tentative de meurtre à Cambrai.

Cet acte monstrueux a eu pour conséquence de blesser gravement un individu qui se trouvait au kebab « Le Méditerranéen », connu de chacun des cambrésiens. La motivation des trois militants d’extrême droite était de « tuer cet homme pour sa couleur de peau ».

( source : http://www.lavoixdunord.fr/region/coup-de-feu-tire-a-cambrai-la-piste-de-l-acte-raciste-ia13b0n3164889)

Les jeunes communistes de Cambrai apportent leur entier soutien à la victime et à ses proches ainsi qu’au Méditerranéen..

Cet acte dégoûtant, qui doit être condamné par l »ensemble des forces républicaines du cambrésis, nous donne encore plus de volonté pour combattre partout l’extrême droite et ses idées putrides. Nous condamnons également les médias aux mains de grands groupes financier qui, chaque jour, se font le relai de la parole raciste et islamophobe et qui jouent sur les peurs et les divisions, alimentant ainsi un climat de tension et de suspicion générales propices à l’émergence de ce type d’agressions racistes.

Après cette avalanche de violence, il est légitime pour chaque cambrésien, pour chaque français, de se demander quel est ce monde dans lequel nous vivons et qui génère tant d’horreur.

Et bien nous vivons dans une société où l’argent est érigé en valeur absolue alors que les inégalités progressent année après année.Une société qui se sert de nos différences pour nous diviser, là où nous devrions au contraire tous nous unir dans la lutte pour un monde débarrassé du chômage et de la guerre, de la misère et des discriminations.Cette société ne peut que générer de l’exclusion de la violence, de la haine.

Nous pensons que seule une profonde volonté de paix et de solidarité pourra permettre de faire face aux dérives mortifères qui menacent le monde et du fascisme, qu’il revête l’habit d’un intégrisme religieux ou des nostalgiques de la France pétainiste.

Hommes réels pour qui le désespoir

Alimente le feu dévorant de l’espoir

Ouvrons ensemble le dernier bourgeons de l’avenir

Parias la terre la mort et la hideur

De nos ennemis ont la couleur

Monotone de notre nuit

Nous en aurons raisons.

– Paul Eluard

Publicités

À la verrerie de Masnières comme ailleurs, la jeunesse aux côtés des salariés !

Le PDG de Stölzle ( grand groupe industriel qui emploie plus de 2000 salariés, principalement dans les pays de l’est de l’Europe ), qui possède la verrerie de Masnières, première industrie du Cambrésis avec plus de 500 emplois, directs comme indirects, menace de liquider l’usine si les travailleurs, représentés par la CGT, n’acceptent pas un plan de « compétitivité » . Celui ci prévoit le licenciement de plus de 120 employés, et une dégradation des conditions de travail. Le Patron de Stölzle n’en est pas à sa première perfidie : en 2013 déjà, il avait obligé les travailleurs à accepter un premier plan de compétitivité détruisant les conquis sociaux obtenus grâce au combat syndical aux côtés de la CGT et à la mairie communiste de Masnières. Ce plan comportait une augmentation du temps de travail et le gel des salaires pour une durée de 3 ans. Aujourd’hui les actionnaires, par la voix de monsieur Johannes Schick, affirment vouloir racheter l’usine placée en redressement judiciaire en échange de ce nouveau plan , ce qui leur permettrait d’effacer leurs dettes avec des fonds publics.

Pour réussir ce coup de force, Stölzle emploie les armes privilégiées des capitalistes : la division des travailleurs, et la peur du chômage. Cela se traduit par le pilotage d’un « collectif de salariés » non syndiqués qui met la pression sur la CGT pour accepter ce plan rétrograde de précarisation, et ce tout en faisant planer le risque d’une liquidation totale de l’entreprise. Face à cette situation,nous, jeunes communistes du Cambrésis, sommes conscients que la lutte pour la préservation d’emplois industriels dans notre territoire déjà sinistré par le chômage est primordiale : nous jeunes, sommes les travailleurs de demain, et nous ne voulons pas être précarisés ou privés d’emploi. Non au chantage à l’emploi ! Nous voulons pouvoir travailler, et travailler dignement ! C’est pourquoi nous soutenons les luttes et les revendications de la CGT à savoir :

– L’arrêt immédiat des heures de travail non payées

– Le remboursement de la prime du treizième mois de 2014 et son rétablissement cette année

– 2% d’augmentation de salaire pour les deux années à venir.

– Et surtout le maintien des effectifs.

La JC du cambrésis est prête à se mobiliser pour soutenir la lutte des salariés de la verrerie de Masnières, notamment à travers les actions de la CGT, et à mettre en place des caisses de solidarité dans l’éventualité d’une grève. Car notre combat plus que jamais c’est celui de la solidarité et de la lutte pour la ré-industrialisation de notre territoire.

Les jeunes communistes du Cambrésis.

Verrerie de Masnières

Des centaines de personnes travaillent à la verrerie de Masnières, plus grosse industrie du Cambrésis.

10 ème rencontre des Jeunesses communistes d’Europe : « organiser les luttes pour mettre en échec la politique de l’UE du capital »

10 ème rencontre des Jeunesses communistes d’Europe : « organiser les luttes pour mettre en échec la politique de l’UE du capital »

Image

Ces 15 et 16 février 2014 se tenait à Madrid la X ème Rencontre européenne des Jeunesses communistes, sous le thème « la crise capitalistes, les luttes de la jeunesse et le rôle des organisations de jeunesse communistes ». Organisations participantes, nous déclarons :

« La situation de la jeunesse ouvrière et d’extraction populaire dans nos pays est durement marquée par le contexte actuel de la crise de surproduction et de sur-accumulation que traverse le système capitaliste. Son origine est le fruit du développement des contradictions inhérentes au capitalisme, et de la mauvaise gestion du système dus aux divers responsables politiques et économiques bourgeois au niveau international. Le développement de la crise capitaliste en Europe a eu des conséquences dévastatrices pour les conditions de vie et de travail de la jeunesse.

La jeunesse n’a pas d’avenir dans le capitalisme 

Sous le capitalisme, la jeunesse ouvrière et d’extraction populaire est un secteur particulièrement vulnérable et exploité qui souffre, y compris pendant les cycles de grande accumulation et d’expansion économique, les pires conditions sociales et de travail, la jeunesse est dans la ligne de mire des attaques du capitalisme. Avec la crise, le capitalisme approfondit encore son caractère parasitaire et, dans l’offensive des monopoles pour rehausser son taux de profit, le niveau de précarité et d’exploitation s’intensifie parmi les jeunes pour atteindre des niveaux insoutenables, leur niant toute possibilité de pouvoir se construire un avenir.

Se réaffirme le fait que le capitalisme ne peut pas résoudre les problèmes sociaux ni satisfaire les besoins des travailleurs et des nouvelles générations ; au contraire, le capitalisme tente d’échapper à ses incurables contradictions, faisant porter le poids de la crise sur les travailleurs, les peuples, intensifiant l’exploitation, la pauvreté, le chômage et le péril de nouvelles guerres impérialistes.

L’oligarchie cherche à rehausser le niveau de son taux de profit dans la crise, en détruisant les forces productives, condamnant au chômage des millions de travailleurs et travailleuses, tandis que l’on remplace des postes de travailleurs adultes stables par une quantité de jeunes sous contrat précaire, sous une exploitation maximale.

Globalement, la crise du capitalisme est utilisée pour intensifier l’attaque contre les droits et les conquêtes de la classe ouvrière, afin de pouvoir mettre en place la stratégie commune des monopoles contre la classe ouvrière et les couches populaires, contre la jeunesse. Cela permet aux monopoles et gouvernements capitalistes en Europe d’utiliser ces millions de jeunes au chômage ou en condition de sous-emploi, comme fer de lance contre le reste de la classe ouvrière et les couches populaires, et contre les droits qui ont été conquis après des années de lutte ouvrière intense et grâce à l’existence, jusqu’aux années 1990, des pays socialistes d’Europe, menés par l’URSS. Ce qui a renforcé la lutte des travailleurs et des peuples, et fut un facteur de pression sur les pays capitalistes.

La jeunesse dans les pays d’Europe connaît un fort taux de chômage, atteignant dans beaucoup de pays des niveaux supérieurs à 50 % de la population jeune en âge de travailleur. Cela fait naître pour la bourgeoisie européenne une « armée industrielle de réserve » de millions de personnes.

Ainsi, le besoin et le désespoir de ces jeunes, et le grand excédent de main d’œuvre sont utilisés par la bourgeoisie pour dégrader encore plus les conditions de travail, précariser les formes de contrat et diminuer les salaires.

Un exemple clair de cela c’est le « Plan de garantie pour la jeunesse » qui a été décidé par l’Union européenne avec l’accord des gouvernements capitalistes, sociaux-démocrates et libéraux, et qui s’appliquera dans les pays qui ont un taux de chômage des jeunes élevé.

Pour les jeunes travailleuses, la situation est encore pire, elles sont utilisées comme main d’œuvre bon marché. Pour le même travail, elles continuent à recevoir un salaire plus faible, dans des conditions plus précaires.

L’Union européenne des monopoles n’est pas réformable

Nous lançons un appel aux jeunes travailleurs, aux jeunes chômeurs pour qu’ils refusent ce plan, et tous les autres, pour l’exploitation de la jeunesse, qu’ils ne satisfassent pas des miettes qu’on leur jette, qu’ils se placent du côté du reste de la classe ouvrière, qu’ils s’organisent sur leur lieu de travail, qu’ils renforcent les syndicats de classe et luttent pour leur droit à avoir un emploi stable, avec des droits garantis.

L’Union européenne, cette alliance inter-étatique impérialiste, avec les gouvernements bourgeois de chaque pays, légifère pour les monopoles avec comme objectif de rendre moins chère la force de travail par une multitude de réformes, lois et directives. C’est sa raison d’être, la nature de classe de l’Union européenne et des autres alliances impérialistes.

Cela nous renforce dans l’idée que la jeunesse ouvrière et d’extraction populaire n’a rien à espérer des alliances du capital, l’Union européenne par exemple, elles ne peuvent pas être réformées en faveur des peuples. Au contraire, nous avons le plus grand intérêt à lutter contre elles.

Dans le même temps, la bataille se porte sur le domaine idéologique quand la bourgeoisie use de termes comme « compétitivité », « plans d’emploi pour la jeunesse », « contrats de formation » ou qu’il exalte un concept comme la « flexibilité » pour justifier et légitimer dans la conscience de la jeunesse la dégradation des conditions de travail et sociales de celle-ci et du reste de la classe ouvrière.

Ce même phénomène se reflète dans l’éducation, autre espace fondamental où on retrouve majoritairement la jeunesse de notre société. L’oligarchie européenne, par de multiples lois, traités et réformes (dans l’UE, la création de l’Espace européen de l’éducation supérieure, le « Plan Bologne » ou la « Stratégie université 2015 ») essaie de reprendre en main l’éducation par des réformes réactionnaires qui excluent les fils et filles d’extraction populaire.

Dans le même temps, des milliers de jeunes et de familles populaires et ouvrières se voient contraints, dans de nombreux pays, à opter pour l’émigration. Les travailleurs et travailleuses jeunes cherchent à vendre leur force de travail à l’étranger pour pouvoir accès à un avenir dont le capitalisme dans leur pays d’origine leur prive.

Ce phénomène revient avec une force similaire à la vague migratoire qui, jusqu’à la fin des années 1980, a envoyé des milliers de jeunes européens sur les voies de l’émigration vers les pays les plus industrialisés d’Europe à la recherche d’un travail.

Aujourd’hui, les enfants de ces émigrants doivent partir à nouveau pour l’étranger pour survivre, ce qui nous montre que le capitalisme comme mode de production reproduit perpétuellement les mêmes impasses pour la classe ouvrière et leurs enfants.

La jeunesse de tous les pays peuvent tirer les conclusions du sens de la « liberté de mouvement » que les partisans de l’UE professaient quand ils ont voté pour le traité de Maastricht et les mesures suivantes : liberté pour le capital de les exploiter quand ils sont à l’étranger, et c’est lui qui commande quoi qu’il en soit.

Organiser la jeunesse pour lutter contre les plans de l’UE, des gouvernements de la bourgeoisie

Dans tous les pays d’Europe, la jeunesse doit lutter pour nos droits et contre les causes de l’exploitation, du chômage, de l’émigration.

La jeunesse doit rejeter toutes ces efforts dans les intérêts des monopoles, cherchant à diviser la classe ouvrière entre jeunes et vieux, immigrés et nationaux, contre tout ce qui instille le venin du racisme et du fascisme dans la conscience de la jeunesse. Les organisations qui participent à cette rencontre européenne, comme organisations de jeunesse communistes nous luttons pour organiser la jeunesse pour s’opposer aux plans de l’UE et aux gouvernements de la bourgeoisie, tout comme aux oligarchies des autres pays européens.

C’est pour cela que nous soutenons et organisons la lutte de masse des jeunes, en leur donnant un caractère de classe, nous luttons aussi contre les positions opportunistes et capitulardes qui appellent la jeunesse, et toute la classe ouvrière, à la « conciliation » avec son ennemi de classe dans le système.

Lutter contre le fascisme, instrument du système capitaliste en crise

Dans le même temps, nous devons mener une forte offensive idéologique pour dénoncer les mensonges et les lois anti-communistes qui ont été avancés ces dernières années et qui éloignent les couches populaires et les organisations révolutionnaires, celles qui défendent réellement ses intérêts objectifs.

Nous voulons également souligner le phénomène du fascisme en Europe. Le fascisme naît et est utilisé par le système capitaliste. Il se présente avec un masque anti-système pour créer la confusion parmi la jeunesse quand en réalité il est la main de fer du capitalisme pour écraser les luttes de la classe ouvrière et des peuples. Communistes, nous avons le devoir de dévoiler le vrai visage du fascisme et lutter pour que le mouvement de masse organisé puisse s’y opposer.

Comme organisations de la Jeunesse communiste, avec nos partis respectifs, nous devons être l’avant-garde de la lutte de masses, élever son niveau de conscience, organiser les luttes et orienter leurs objectifs.

Renforcer le rapport de force pour construire le socialisme

Jeunes communistes, nous devons aspirer à mener la jeunesse ouvrière et d’extraction populaires dans les luttes pour défendre et gagner ses droits, pour contribuer au développement de nos revendications pour de nouvelles conquêtes pour les travailleurs, les peuples et la jeunesse, avec comme objectif de renforcer le rapport de force pour construire le socialisme, pour la construction d’un système sans exploitation, avenir de l’Humanité.

Depuis le plénum de la 10 ème Rencontre des Jeunesses communistes d’Europe, organisations participantes, nous voulons exprimernotre pleine et entière solidarité avec les luttes ouvrières et populaires que livrent les différents peuples d’Europe contre la dictature des monopoles.

Nous lançons un appel à la jeunesse pour renforcer sa lutte pour ses besoins actuels, pour un emploi stable avec des droits garantis, pour une éducation publique et gratuite, la santé publique, la sécurité sociale, pour l’accès à la culture.

Nous exigeons l’abolition de toutes les législations anti-communistes, tout comme les théories réactionnaires qui mettent sur un même plan les expériences de construction du socialisme au XX ème siècle avec le fascisme et le nazisme, idéologie officielle de l’UE. La contribution à la construction du socialisme au XX ème siècle pour l’Humanité, la supériorité du socialisme ne peut pas être effacée.

Nous lançons un appel à la jeunesse pour qu’elle s’organise et lutte pour ses droits, contre l’impérialisme, pour construire une société qui répondra aux attentes de la jeunesse de paix, de solidarité, d’un travail avec de vrais droits, où la classe ouvrière abolira l’exploitation de l’homme par l’homme, où elle aura le pouvoir politique et économique. Elle construira le socialisme.

Ont participé à cette rencontre, entre autres, les organisations communistes de jeunesse suivantes : l’UJCE (Espagne), le CJC (Espagne), la JCP (Portugal), la SDAJ (Allemagne), le COMAC (Belgique), EDON (Chypre), KJO (Autriche), Baloldali-Front (Hongrie), JTKP (Turquie), MJCF (France), KNE (Grèce), FGCI (Italie), KSM (République tchèque) …

 

Forte mobilisation à la Journée de Formation Fédérale de la JC du Nord !

Ce Samedi, dès 9H, ils étaient déjà plusieurs dizaines de Jeunes Communistes présents à l’Espace Paul Eluard de Roubaix afin de participer au Week-End de formation des Jeunes Communistes du Nord. Au total, une centaine de jeunes dont dix de la Somme étaient présents tout au long de la journée ! Au programme : l’étude du Système Capitaliste, l’histoire de la JC, la dialectique du côté des formations théoriques… Mais nous ne concevons pas l’Education Populaire comme quelque chose qui irait à sens unique !

Ainsi, même si pendant ces instants purement théoriques la discussion de tous permettait à tout le monde de s’enrichir, l’après-midi fut consacrée à des « ruches » thématiques en petits groupes. Cette volonté politique de briser les schémas de domination même dans le domaine de l’Education, nous l’assumons totalement !

C’est aussi ce qui peut expliquer le succès croissant de ces journées où tout le monde peut apprendre, du nouveau militant au plus expérimenté. La diversité des thèmes abordés dans les ruches a permis à chacun de se former sur le sujet qui l’intéressait le plus : Palestine, Racisme d’Etat, Guerres Impérialistes, Union Européenne, Education, Travail mais aussi apprendre à décrypter les mensonges médiatiques !

Le lendemain matin, nous étions nombreux à passer à la pratique en allant à la rencontre de la population de la Métropole Lilloise, afin de convaincre les jeunes et les moins jeunes de la justesse de nos idées. Pari gagné puisque plusieurs lycéens et précaires ont décidé suite à nos actions de nous rejoindre dans notre lutte révolutionnaire !

Toi aussi rentre dans le combat pour un travail, pour une formation, pour une meilleure vie, sans misère !

(Article tiré du site de la JC du Nord)

Les Voeux 2014 de la JC Cambrai

Les jeunes communistes de Cambrai vous souhaitent une très bonne année 2014, remplie de bonheur, de lutte et de victoires !

En 2013, nous avons dû faire face à la 6ème année de crise du capitalisme, à un gouvernement prétendument socialiste bien qu’à la botte du grand patronat. Celui-ci cassant systématiquement les droits et les avancées pour lesquels nos parents et nos grands-parents se sont battus. C’est par exemple le cas de notre système de retraites honteusement mis à mal par François Hollande avec la bénédiction du MEDEF, de l’UMP et du PS. Ainsi on se verra obliger de trimer jusqu’à 70 ans alternant CDD, intérim et chômage pour au final toucher une retraite de misère. Triste avenir !

  Pendant ce temps chez les bourgeois tout va pour le mieux. Les 500 plus grosses fortunes de France se sont ainsi enrichies de 25 % en 2013, soit un dixième de la richesse de la France entre les mains d’un cent-millième de la population ! Visiblement les médias français sont passés à côté de l’information et ont préféré parler insécurité et immigration…

En parallèle, dans le Cambrésis, le lycée Fénelon a perdu 12 professeurs et le volailler Doux licenciait 873 personnes, les conducteurs de bus ont vu leurs salaires diminuer et leurs primes disparaître…

Mais les jeunes communistes cambrésiens ne se laissent pas abattre. Nous avons en effet été de toutes les batailles l’an dernier : nous avons lutté contre l’extrême droite ; avec la création d’un collectif antifasciste pour faire barrage aux idées fascistes et xénophobes. Contre l’austérité en organisant des manifestations contre les suppressions de postes de professeurs au lycée Fénelon qui ont réuni près de 500 lycéens !

Le 1er mai nous avons également manifesté avec plus de 200 travailleurs et 4 jours plus tard nous participions au repas du PCF du Cambrésis, renforçant par la même nos liens avec le parti et les militants expérimentés. En bref, 2013 a été pour nous une année de lutte et 2014 le sera tout autant !

Lors de notre dernière réunion, nous avons pris la décision -à l’unanimité- de mener campagne pour la libération du peuple palestinien et la reconnaissance par la France de la Palestine, campagne menée nationalement par notre organisation. Nous avons donc pris acte des enseignements de Ernesto Guevara qui affirmait que : « les jeunes communistes ne doivent pas être limités par les frontières d’un territoire ; ils doivent pratiquer l’internationalisme ».

Nous engagerons également une campagne de fond contre le chômage, les licenciements et la précarité, dans le but de porter à la jeunesse et aux travailleurs notre projet politique alternatif et révolutionnaire ! C’est pour nous le meilleur moyen de faire reculer le racisme et les idées pourries du Front National et de l’UMP. Idées partagées aujourd’hui par le ministre de l’intérieur qui mène la chasse aux lycéens sans-papiers, aux Rroms et autres travailleurs immigrés, dans le seul intérêt du patronat : celui de nous diviser pour mieux régner.

Aujourd’hui plus que jamais, nous, jeunes, avons besoin de nous défendre et de prendre parti. Pas n’importe quel parti bien sûr : celui de la lutte au côté des travailleurs, la lutte de classe pour nous défendre face aux assauts du grand capital ! Allons conquérir de nouveaux droits aux cotés de la jeunesse communiste jusqu’à l’avènement d’une société où l’intérêt général prime sur l’intérêt de quelques-uns : le socialisme !

Les Jeunes Communistes de Cambrai.

No pasaran ! Mobilisation contre l’extrême droite et ses crimes

La lutte contre le fascisme ne doit pas faiblir !

Aujourd’hui à 18h, Clément Méric, militant de 19 ans connu pour son engagement contre l’extrême droite, a été lâchement agressé à Paris dans le quartier de la gare Saint Lazare. Violemment frappé au sol par un groupe de plusieurs militants d’extrême droite, manifestement selon des premiers témoignages du Groupe JNR (Jeune Nationaliste Révolutionnaire), laissé inanimé, il a été déclaré ce soir en état de mort cérébrale à l’hôpital Salpetrière.

Les Jeunes Communistes de Cambrai partagent la tristesse de la famille et des proches du jeune militant qui a été battu à mort ce soir, en pleine rue, près de la Gare Saint Lazare. Tué pour ses idées, pour refuser la haine.

En tant que jeunes communistes, nous sommes solidaires de notre camarade de lutte. Cette attaque est une attaque contre toutes les forces anti-fascistes, toutes les forces de gauche. Nous déplorons que le gouvernement n’aie pas compris le danger des agissements des ligues d’extrême droite qui ne se cachent plus en ces temps de débats houleux sur le mariage pour tous.

Nous espérons que maintenant le gouvernement va prendre toute l’ampleur du danger que ces ligues représentent au sein de notre démocratie. Pourquoi devoir en arriver jusque là pour comprendre ce danger ? Comment tolérer encore de tels groupuscules, allant à l’encontre des droits humains ? Comment respirer encore ces relents des années sombres ?

Les militants de gauche ne peuvent donc plus se promener librement dans leurs rues ? Dans quel monde vivons-nous ? Un monde où l’on est tué pour ses idées. Un monde où le fascisme ne se cache plus.

Cette attaque est une attaque de lâches, d’extrémistes, de fascistes. Nous voyons désormais le vrai visage de l’extrême droite. Violente, meurtrière, intolérante.

Il est plus urgent que jamais de lutter, sans relâche, contre ce fléau qui gangrène nos sociétés. D’opposer à la haine aveugle et à la violence l’union réfléchie et pacifique de tous. Nos efforts seront à la hauteur de la tâche qui nous attend. Nous nous refusons à laisser passer cette menace, résurgence des pires heures de notre histoire.

Les mots sont difficiles à trouver, mais tout notre soutien va à ses proches. Nous exigeons que justice soit faite au plus vite sur ce crime.

 La Jeunesse Communiste de Cambrai, solidaires de nos camarades.

(Voir aussi : Communiqué de la JC59)

En mai, la JC fait ce qu’il lui plaît !

La Jeunesse Communiste de Cambrai a connu ce que l’on peut appeler un début de mois de mai agité, avec le 1er mai, date traditionnelle de rassemblement et le 5 mai. Deux rassemblements placés sous le signe de la solidarité, de la fraternité et de la bonne humeur, avec en plus les bonnes grâces du soleil, qui a contribué à rendre plus attractif encore ces évènements auxquels la JC Cambrai a su se montrer assidue. Retour sur ce 1er mai et ce 5 mai qui marquent le début d’un mois agité pour la JC, qui sera toujours au rendez-vous !

1er mai : Rassemblement, muguets et barbecue

Différents intervenants de groupes syndicaux cambrésiens ont exposé la situation du Cambrésis

Différents intervenants de groupes syndicaux cambrésiens ont exposé la situation du Cambrésis

Le 1er mai, la fête du travail et des travailleurs, a vu dans toute la France des rassemblements d’associations politiques et syndicales, dans une ambiance festive de camaraderie, et avec malgré tout le sérieux exigé par la situation économique et sociale de notre pays. Cambrai n’a pas fait exception, et la place Aristide Briand, la place principale de la ville, a vu se rassembler une centaine de personnes sous diverses bannières, dont la CGT et évidemment, notre Jeunesse Communiste. Les interventions furent pleines d’alarmes sur les questions urgentes que notre pays, et notre région doivent se poser en ces heures de crise pour les travailleurs. Malgré tout, la solidarité fut au rendez-vous, et les participants ont pu afficher un sourire d’optimisme.

Qui dit 1er mai dit muguet, et la vente de muguet, activité entre toutes traditionnelle du 1er mai, ne fut pas négligée par la JC Cambrai, qui vendit du muguet à des prix solidaires pour permettre à tous de respecter la tradition de la fête née en commémoration du massacre de Haymarket en 1886. Les bénéfices des ventes servant au développement de notre mouvement militant, et à compléter le matériel. Les ventes du journal militant L’Offensive, dont vous pouvez lire l’édition de mai-juin ici, ont complété les ventes de la JC Cambrai en cette matinée du 1er mai, sous le soleil et le ciel bleu. Ci-dessous, quelques photos de l’évènement :

 5 mai : Pas de coup de balai, mais de la fraternité

"Le chiffon rouge", chant communiste, repris par la foule chiffon en main

« Le chiffon rouge », chant communiste, repris par la foule chiffon en main

Hasard du calendrier, le PCF-Front de Gauche programme la marche pour la VIème République le 5 mai, alors que le repas de la JC et du PCF du Cambrésis est prévu depuis bien plus longtemps, réservé et acté à Rieux-en-Cambrésis, avec plus de 170 personnes attendues pour participer. Pas moyen donc de venir aider à balayer les vestiges de cette Vème République, plus monarchique que démocratique et soutien des escrocs et des tricheurs. La JC Cambrai s’était engagée à participer à ce repas fraternel et républicain, elle fut là, nombreuse, présente et active.

Rassemblée dès 10h30 pour aider à la préparation du repas, la JC s’est organisée pour tenir ensemble la table de la Jeunesse Communiste de Cambrai, où T-shirts et ouvrages militants étaient proposés à des prix militants, c’est à dire accessibles à tous. D’autres aidaient au bar, montrant efficacité et bonne humeur au service. Le but de ce repas était entre autres d’unir les générations de militants ensemble, de montrer ce lien de filiation qui parcourt les générations de militants communistes qui partagent le même idéal de justice, d’égalité et de respect de l’être humain face à la barbarie du capital. En montrant une solidarité et une générosité sans faille entre eux, les militants communistes de tous les âges ont montré, même loin de Paris, leur envie de changement dans ce monde qui se désagrège sous les assauts des nantis jamais rassasiés.

Un hommage fut rendu à deux camarades et leurs épouses, pour leur engagement militant sans faille durant des décennies, et cet hommage fut rendu par la jeune garde communiste, c’est à dire notre JC, qui félicite ces militants émérites, et qui sont pour chacun d’entre nous une source d’inspiration et de respect. Une après-midi forte en rires et en chansons aussi, avec de temps à autres, entre deux musiques des chants révolutionnaires comme « L’Internationale », reprise plusieurs fois, dont une fois avec la JC au micro sur scène. Une bien belle après-midi de fraternité, sous le même soleil qui a éclairé 180 000 de nos camarades à Paris, marchant sans relâche pour montrer que la gauche existait encore, loin de la prétendue gauche, en réalité aussi libérale et corrompue au capital et au grand patronat que son adversaire fantoche qu’est l’UMP. Le PCF incarne, et incarnera toujours les véritables valeurs de la gauche : respect de l’humain, solidarité, égalité. Voici aussi quelques photos, montrant l’ambiance festive et fraternelle qui était en chacun des participants de ce fort sympathique repas.

 La lutte continue, mais tant que la fraternité qui unit chaque camarade reste forte, les oppressions pourront s’acharner sur nous, nous resterons droits, fiers d’être communistes, fiers de vouloir porter le changement de notre société.