Nos idées/nos chantiers

Le Mouvement Jeunes Communistes de France est une organisation ouvertes à tous de lutte, de classe et de masse.

   Le MJCF du Nord est donc – en accord avec les statuts nationaux qui déterminent l’ensemble  de l’organisation à l’échelle de la France – un mouvement politique qui vise à organiser le maximum de jeunes, sans distinction d’origine sociale et culturelle. Son objectif est de renverser le système capitaliste fondé sur l’accumulation des richesses par une petite minorité à travers l’exploitation de la grande majorité des travailleurs. Ceci afin de construire un système politique fondé sur la liberté, l’égalité et la solidarité, axé sur le plein emploi, l’accès aux soins, à la culture et à l’éducation de qualité pour tous ; pour permettre l’émancipation des masses et de construire une société sans classe que nous appelons le communisme.

Cette lutte que nous menons jour après jour est la lutte des classes. Elle oppose le capital au travail, la bourgeoisie au prolétariat. Par prolétariat nous entendons tous ceux qui vivent ou survivent de leur travail physique et/ou intellectuel et qui ont un intérêt immédiat à un changement radical de société, ainsi que ceux qui comprennent la nécessité du bien commun de ce changement. A cette classe s’oppose la bourgeoisie qui vole le fruit du travail des autres, accumulent les richesses pour son  seul intérêt et n’hésitera pas à défendre le capitalisme par n’importe quels moyens : fascismes, impérialismes, néocolonialismes, guerres…

Les classes exploitées doivent s’emparer du pouvoir, l’État, organisation de l’autorité. Cette phase transitoire est historiquement nécessaire ce qui permettra de supprimer complètement toute exploitation, c’est à dire de défendre les intérêts de l’immense majorité du peuple contre l’infime minorité des exploiteurs et diriger la grande masse de la population dans la mise en place de l’économie socialiste. Cette phase transitoire correspond à ce que nous marxistes, nommons, la dictature du prolétariat.

   Aussi nous sommes conscients que le communisme, bien qu’il soit un but à ne jamais perdre de vue, ne pourra pas succéder du jour au lendemain au capitalisme, et c’est pourquoi la transition du socialisme est nécessaire. Il est définit dans nos textes de congrès nationaux par : « nous voulons ouvrir une phase transitoire nous permettant de dépasser le système d’exploitation de l’Homme par l’Homme et de construire les bases économiques, sociales et politiques d’une société d’émancipation individuelle et collective. Pour cela le monde du travail doit devenir la classe dominante, c’est ce que nous nommons le socialisme du XXIème siècle. »,

Le MJCF du Nord est donc révolutionnaire et nourrit sa réflexion sur l’analyse  du passé, pour comprendre le présent et préparer l’avenir. Ainsi l’organisation rejette radicalement de sa réflexion toute notion obscurantiste et se réfère à un ouvrage  – pour n’en citer qu’un – Le Manifeste du Parti Communiste et aux apports diversifiés du mouvement marxiste international.

Le MJCF du Nord inscrit la nécessité – aussi bien idéologique que pratique – de l’existence d’une organisation de jeunesse pour structurer les luttes des lycéens et des étudiants ainsi que des jeunes travailleurs et des précaires. Et ce dans l’optique d’obtenir des acquis sociaux à court terme, tout en travaillant au renversement intégral d’un système fondamentalement conservateur. Le MJCF du Nord affirme la nécessité de travailler en parallèle mais indépendamment du Parti Communiste Français, afin que notre mouvement soit réellement progressiste et qu’il soit constamment alimenté par les problèmes, les revendications que connaissent les jeunes dans leur quotidien et par des échanges constants entre les deux organisations.

Les luttes portées par le MJCF du Nord doivent toujours être enrichies de l’objectif à long terme de la Révolution, de la même manière que la perspective révolutionnaire doit toujours être enrichie des revendications des luttes portées au quotidien.

De plus les luttes portées par les jeunes communistes ne doivent pas être restreintes à un seul domaine prédominant, le changement de société s’effectuera en luttant et en proposant dans les domaines aussi varié que l’économie, le social, la sexualité, et l’internationalisme…

Enfin, les aspects idéologiques et organisationnels du MJCF du Nord se complètent et ne peuvent être traités de manière séparée. C’est ce qui fait du MJCF une organisation révolutionnaire de par ses revendications autant que par son fonctionnement.Pour autant il est important de définir que l’ensemble des décisions tirent leur légitimité de l’assemblée générale composée de chaque adhérent-cotisant sans lesquels l’organisation communiste n’auraient pas lieu d’exister.  Et que la réflexion idéologique comme la prise de décision fonctionne selon un principe clair :

« Liberté totale dans la discussion, Unité totale dans l’action » Lénine.

Extrait du texte 2 du Congrès : « quelle société voulons-nous ? » MJCF 2010 de Gennevilliers.

Manifeste du Parti Communiste, 1848, Marx & Engels

Nos Chantiers

CONSTRUIRE LE VIVRE ENSEMBLE DANS UNE SOCIÉTÉ ÉMANCIPÉE

La domination de classe structure notre société et les relations entre les individus. Mais les dominations fondées sur le genre, la nationalité, la couleur de peau, l’orientation sexuelle, la situation de handicape, le lieu de vie, etc. ne s’effaceront pas avec la seule disparition de la domination de classe. Certes, l’ensemble de ces inégalités permet au capitalisme d’asseoir sa domination. Mais celles-ci lui préexistaient et risqueraient de lui survivre, si nous ne nous en préoccupons pas.

C’est pourquoi, dans son combat contre le capitalisme, la classe dont nous défendons les intérêts doit s’associer à l’ensemble de ces luttes émancipatrices afin de construire une société sans classe, sans dominations, faite de justice et de liberté.

CHANGER LE MONDE

L’impérialisme est un élément structurant du capitalisme mondialisé, il répond à la nécessité constante du capitalisme d’ouvrir de nouveaux marchés. L’impérialisme et la mondialisation dans leur forme moderne sont engendrés par les révolutions industrielles puis informationnelles. Ils s’articulent pour renforcer la domination du capitalisme. Aujourd’hui, les multinationales ont des intérêts partout dans le monde et sont parfois à l’origine de guerres et destructions. Ainsi, les États ne maîtrisent pas seuls les relations internationales. Les antagonismes du capitalisme poussent l’impérialisme états-unien dans des contradictions profondes, telles que la dette ou le déficit public, et conduisent à sa crise, se traduisant par des difficultés militaires, économiques et idéologiques.

Nous voulons construire un monde où l’humain serait l’élément central, un monde dans lequel tous les Hommes seraient égaux et libres. Nous, jeunes communistes, devons être les ambassadeurs de la paix et de la solidarité entre les peuples. Les exploités du monde entier ont des intérêts communs contre le capitalisme. C’est pour toutes ces raisons que nous sommes internationalistes.

ÉRADIQUER TOUTES LES PRÉCARITÉS

En France, en Europe, dans le monde, la précarité généralisée grandit. Nous, les jeunes, sommes parmi les premières victimes du capitalisme mondialisé et de son projet politique libéral autoritaire. Nos accès aux savoirs sont réduits à des socles de connaissances au rabais, les contrats bidons constituent des freins à notre émancipation, la porte de la démocratie nous est fermée, un logement pour soi est une illusion, nous sommes formatés pour devenir de bons soldats de la concurrence libre et non faussée.

Nous ne voulons plus de la misère, de la pauvreté, de la précarité qui désagrègent notre société, norment nos vies. Lorsqu’ils sont unis dans leur quartier, leur village, leur bahut, leur fac, les jeunes affirment qu’ils n’en peuvent plus, qu’ils sont capables d’être force de résistance et de propositions. Les moyens du changement existent. Gagnons une nouvelle solidarité, de nouveaux droits, luttons et dépassons le capitalisme !

FAIRE DU SAVOIR UN OUTIL DE RÉVOLUTION

Dans la société actuelle, les savoirs occupent une place de plus en plus importante mais la majorité de la population en reste exclue. Ils ont toujours été un enjeu politique et économique. Enjeu politique car c’est un outil que la classe dominante tente de confisquer pour exercer son pouvoir : d’où la censure d’artistes, de médias, les réformes libérales de l’Éducation, de la Recherche… L’enjeu économique est renforcé par les conditions nouvelles de la Révolution informationnelle, qui est rendue possible par les progrès des sciences et technologies. Ainsi le coût d’un produit dépend de plus en plus de la somme des connaissances nécessaires à sa conception. Mais le savoir est immatériel, il a vocation à être partagé et non vendu. Pour nous, c’est un atout pour construire une société de partage des savoirs, des pouvoirs et d’une autre utilisation de l’argent. La Révolution informationnelle nécessite la formation de tous : la société doit construire une Sécurité d’Emploi ou de Formation permettant la formation tout au long de la vie, y compris dans l’entreprise. C’est une des clefs de l’émancipation humaine et donc d’une société communiste.

Publicités

2 réflexions sur “Nos idées/nos chantiers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s