Appel à la mobilisation le 9 avril contre l’austérité !

La CGT, en intersyndicale avec FO, FSU et Solidaires, appelle à une journée interprofessionnelle d’action et de grève, jeudi 9 avril 2015, contre les politiques d’austérité et pour la mise en œuvre d’alternatives. Un rassemblement national sera organisé à Paris, à partir de 13h00, de la place d’Italie (13e arrondissement) à l’esplanade des Invalides (7e arrondissement).

Combattre et réduire le chômage, permettre la création d’emplois en changeant de politique économique, préserver les droits et tous les régimes sociaux, garantir et promouvoir le service public, augmenter les salaires (secteurs public et privé), les retraites, les pensions et les minimas sociaux, constituent des priorités sociales, de surcroît en période de crise.

Réunies le 17 février 2015, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires affirment leur détermination pour faire aboutir ces revendications et lutter contre l’austérité et ses impacts destructeurs tant socialement, économiquement que démocratiquement.

Le « pacte de responsabilité », la rigueur budgétaire, la réforme territoriale, nombre de dispositions du projet de loi libérale « Macron » ainsi que plusieurs décisions des pouvoirs publics et du patronat aggravent la situation des salarié(e)s, des retraité(e)s et des chômeurs(ses).

De nombreuses luttes et mobilisations syndicales sont d’ores et déjà engagées dans les entreprises, les services publics et les secteurs professionnels.

Pour faire converger ces revendications et exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires s’engagent dans un processus de mobilisation. Conscientes de leur responsabilité, elles invitent les retraité(e)s et les chômeurs(ses) à se mobiliser et appellent l’ensemble des salarié(e)s, du public et du privé, à une journée de grève interprofessionnelle et à manifester le 9 avril 2015.

Les jeunes communistes de Cambrai et du Nord répondront présents à cet appel. Aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire d’unir les travailleurs, de lutter contre l’austérité et de vaincre le système qui en est à l’origine : le capitalisme.

Carte des manifestations selon le département d’origine

Article extrait de l’Humanité.

Publicités

Action coup de poing de la JC de Cambrai: le Père Noël a encore été extrêmement généreux avec le patronat ! [MAJ Images]

https://i2.wp.com/sphotos-f.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/483177_456543151059961_1416715445_n.jpg        Communiqué de Presse

     Ce jeudi 03 Janvier 2013 en début d’après-midi nous étions pendant quelques heures une quinzaine de militants de la Jeunesse Communiste de Cambrai à investir le pont direction Charleville-Mézières sur le contournement de Cambrai pour y déployer notre banderole de 2,50 mètres sur 6 à la vue de tous les automobilistes et pour dénoncer tous les cadeaux accordés aux patrons pour Noël et l’austérité.

     En effet, ce sont plus de 20 000 000 000 d’euros que le gouvernement, à la demande du patronat, va accorder à la classe dominante. Le plus choquant est que c’est nous, la jeunesse et les travailleurs du pays, qui allons payer les pots cassés de ce cadeau : ainsi la TVA, l’impôt le plus injuste touchant exclusivement les classes populaires et les jeunes sera augmenté de 3 %. En clair, le gouvernement va piller les plus pauvres pour redistribuer aux plus riches ; la TVA « Sociale » Sarkozyste est donc remise au goût du jour sauce Hollandaise, toujours autant injuste.

     Pour financer ce cadeau, en plus de la TVA, c’est encore et toujours la casse des derniers acquis sociaux de la Résistance ainsi que la marchandisation des services publics, des hôpitaux en passant par l’université, rien, ou presque rien n’est épargné. (10 milliards de baisses des dépenses publics, alors que la France n’a jamais été aussi riche). L’austérité est donc de mise !

     En lien avec la nouvelle campagne contre cette austérité que vont lancer d’ici peu les communistes, notre banderole, dénonçant ces abus envers les travailleurs, a trouvé un bon écho auprès de la population au vu des nombreux coups de klaxons ou poings et pouces levés qui nous ont été adressé. La population prend ainsi conscience de la gravité de la situation, non elle n’est pas vache à lait, non nous ne devons pas payer une crise dont nous ne sommes pas responsable !

     D’autant que les étrennes, elles, n’ont pas été glorieuses pour les travailleurs, tout augmente et pas qu’un peu, de l’électricité à l’eau en passant par le gaz…sauf les salaires, le SMIC n’augmentera que de 0,3 % pendant que les salaires du grand patronat ont croit de 5 % en moyenne l’année passé.

A noter que ce communiqué sera également envoyé à la section locale de Cambrai du PS, nous espérons ainsi que le PS retrouvera ses idéaux d’origines de justice sociale, la JC elle, sera dans le combat en cette nouvelle année, car il n’y a que la lutte qui permettra d’influer la politique droitière, libérale et capitaliste du gouvernement « socialiste ».

Très bonne année de lutte, austérité pour les exploiteurs pas pour les travailleurs !

La Jeunesse Communiste de Cambrai

PHOTOS/VIDEOS:

SONY DSC SONY DSC SONY DSCSONY DSC

Articles de Presse:

Article Voix du Nord 04/01/13

Article Liberté Hebdo 12/01/13

Article Liberté Hebdo 12/01/13

Article l'Humanité 07/01/13

Article l’Humanité 07/01/13

Après un 1er mai réussi.. DEGAGEONS SARKOZY!

https://i1.wp.com/www.jeunescommunistes2012.fr/wp-content/uploads/2012_04_27_1er_mai.jpg

Tract JC du 1er Mai appelant à "Dégager Sarko"

Les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle marquent un désaveu pour le président sortant. Celui qui a gouverné pendant 5 ans avec tant de mépris, tant de violences et tant de zèle pour répondre aux exigences des marchés financiers et du Medef, peut désormais être battu, nous allons redoubler d’effort pour arracher cette page sordide de notre histoire.

Cette période est aussi celle qui aura remis le FN en selle. Depuis 10 ans, en mettant bon nombre de ses idées au pouvoir, en attisant les peurs, en jouant sur les divisions, en opposant les citoyens entre eux, en pratiquant la politique du bouc émissaire permanent, l’UMP a nourri le terreau fertile de l’extrême droite.

Quand l’UMP s’habille en Vichy…

Pourtant, l’UMP continue et justifie le discours du FN pour l’emporter au second tour. En voulant porter le débat sur les valeurs, il s’agit d’évacuer les vraies problématiques qui touchent l’ensemble du peuple : salaires, précarité, chômage, discriminations. Pire, Nicolas Sarkozy annonce un grand rassemblement le 1er mai pour célébrer le « vrai travail », aux accents antisyndicaux et fascistes.

Mais comment ose-t-il parler au nom du peuple alors qu’il a servi les riches pendant 10 ans ? Voici un florilège des mesures à prévoir : durcissement des conditions d’allocations-chômage, accords compétitivité et emploi cassant le droit du travail et qui permettront d’augmenter le temps de travail ou de baisser les salaires au bon vouloir du patron, apprentissage dès 14 ans quasiment gratuits.

Voilà sa conception du travail, celle qui permet au patron d’exploiter toujours plus à moindres frais. Sa France du vrai travail, c’est celle des travailleurs sans-papiers traqués et surexploités, des suicides au travail, du chômage qui a explosé (1 million de chômeurs en plus en 5 ans) pour assouvir la finance !

Clairement, Nicolas Sarkozy fait la preuve que son parti veut appliquer le programme du FN. En brisant une à une les digues pour ce parti, il fait l’union de toutes les droites pour détruire toutes les solidarités et faire de la haine un projet de société.

Face à leur vision antisociale et raciste, le 1er mai fût une grande démonstration de solidarité ! Ce rendez-vous social qui porte nos exigences sociales et démocratiques face à l’austérité et la haine et donner le signal : Sarkozy, tu vas dégager !

 Un 1er mai de luttes, d’unité et d’espoir

Le Front de gauche a été la seule force à mener une campagne déterminée contre la droite et son extrême. Par sa détermination à faire une campagne sur le fond, sa détermination à ne pas se laisser enfermer dans l’étau du bipartisme de la 5e république, le Front de Gauche et les millions de citoyens qui ont voté pour son candidat Jean-Luc Mélenchon ont ouvert la voie de la résistance aux marchés financiers, à l’extrême droite et pour de nouvelles conquêtes sociales.

Pour notre génération qui n’a connue que la droite au pouvoir et la régression depuis 10 ans, le retour inédit d’une gauche de combat avec le Front de Gauche qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes, dont de très nombreux jeunes dans toutes ces initiatives de campagne, est une formidable nouvelle et un atout considérable pour l’avenir. C’est celui dont nous devons nous saisir pour renvoyer Sarkozy et le FN dans les poubelles de l’histoire.

Ce 1er mai fût l’occasion de rassembler tous ceux et toutes celles qui refusent l’austérité, la division et qui veulent renforcer nos acquis démocratiques et sociaux. En battant la droite et l’extrême droite dans la rue et dans les urnes, le peuple marquera un coup d’arrêt à l’offensive réactionnaire que mène la bourgeoisie. Ce sera un signal fort pour toute l’Europe qui devra être poursuivi dès les élections législatives (en élisant des députés Front de gauche de combat qui relaient nos luttes) et dès la rentrée pour que le peuple investisse toutes les arènes de la société. Rien ne se fera sans nous ! Plus que jamais, l’insurrection citoyenne est en marche aux quatre coins du monde face au capitalisme !

Au niveau national les manifestations syndicales ont été un succès, plus de 750000 personnes sur tout le territoire, 250000 personnes dans les rues parisiennes, au niveau régional des rassemblement ont eu lieu un peu partout, à Lille plus de 4000 personnes étaient présents.

Dans le Cambrésis trois rassemblement étaient organisés par les syndicats, à Masnieres et Caudry avec respectivement une 100énes de personnes, et à Cambrai avec une grosse 250énes de personnes présents dont la JC de Cambrai.

Photo: Fabienne Waxin

Photo: Fabienne Waxin

Après ce 1er Mai à succès, le 6 Mai dégageons Sarkozy, et derrière la lutte reprend, contre le capitalisme et ses valets, contre l’austérité, le fascisme et l’impérialisme, pour le progrès social et le socialisme! La lutte continue, résistance!

« Austérité pour les exploiteurs pas pour les travailleurs! » réussite de la manifestation contre l’austérité et la vie chère !

Grande réussite de la manifestation populaire contre l’austérité et la vie chère à l’appel de la fédération du Nord du Parti Communiste français, des militants et sympathisants de tout le département, en nombre d’un millier, ainsi que près d’une centaine de militants des Jeunes Communistes du Nord étaient présents pour montrer la force de l’organisation collective dans le combat contre le capitalisme, que ce combat la nouvelle génération est prête à le mener de front, contre la droite et Sarkozy, contre le Medef et le FMI et pour construire une société nouvelle basée sur la justice sociale: le Socialisme !

REPORTAGE FR3.

https://i2.wp.com/sphotos-e.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/377282_255179407873340_1971201076_n.jpg
https://i0.wp.com/sphotos-a.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/381452_255179034540044_1869861365_n.jpg
https://i2.wp.com/sphotos-h.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/393665_255178571206757_21354034_n.jpg
https://i0.wp.com/sphotos-e.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/385786_255179941206620_2095186683_n.jpg

La saignée se poursuit !

Le Premier ministre François Fillon vient d’annoncer de nouvelles mesures d’austérité dans la droite ligne de la casse sociale orchestrée par son gouvernement depuis quatre ans. Pour conserver les faveurs des marchés financiers (le nouveau dieu triple A), nos dirigeants semblent prêts à tout brader. Non contents de violer la souveraineté de nos voisins européens (la Grèce et l’Italie), le gouvernement se fait l’élève zélé du nouveau culte des marchés : la réduction des déficits publics !

Petit florilège des principales mesures annoncées : le passage de l’âge de départ à la retraite à 62 ans est avancé de 2018 à 2017 (augurant d’un grignotage au fur et à mesure), la hausse de la TVA de 5,5% à 7% pour les activités de services, l’indexation des prestations sociales sur la croissance (en période de récession, cela signifierait une baisse des pensions), les dépenses de l’Etat seront enfin réduites d’un milliard par an dès 2013 (ce sera un milliard et demi pour 2012 !).

Evidemment, les économies touchent le portefeuille des classes populaires et attaquent les activités qui créent des richesses. Toujours rien sur une taxation des plus riches et de leurs capitaux, notamment des transactions financières dont le président Sarkozy s’est fait le héraut pendant le sommet du G20. Le gouvernement fait diversion pour ne pas remettre en cause les mécanismes qui ont mené à la crise et qui nous plongent toujours plus dans la pauvreté. Pas un geste sur une taxation des plus riches alors que les mesures économiques, notamment fiscales, prises depuis 2007 nous ont plongé dans la récession dixit la cour des Comptes. Pas un mot non plus sur ces grandes entreprises qui licencient ou qui réduisent les droits des travailleurs (travail gratuit, allongement du temps de travail). Au lieu de cela, François Fillon conseille aux patrons du CAC 40 de geler leurs salaires. Délicate attention !

Le choix et la stratégie du gouvernement sont clairs : casser progressivement et méthodiquement tous les dispositifs de redistribution pour servir la classe dominante. Ils ont déclaré la guerre au peuple et enfoncent le pays dans la récession : faisons le choix de la solidarité en nous mobilisant face à l’austérité !

Nous ne paierons pas LEUR crise!

Communiqué commun contre l’austérité:

Alors que chaque jour s’aggrave la crise globale du système économique et financier, les politiques d’austérité font des jeunes une « génération sacrifiée » sur l’autel du profit.

Partout en Europe, les gouvernements – avec la complicité de l’Union Européenne, le Fonds Monétaire International ou Banque Centrale Européenne – font payer aux peuples, les jeunes en tête, la lourde addition de la crise, avec des conditions de vie, d’études et de travail toujours plus dures faisant de nous une génération de précaires longue durée.

En Espagne, 300 000 familles sont menacées d’être expulsées de leur logement. En Grèce, 30% de jeunes sont au chômage. En France, en 5 ans 65 000 postes sont supprimés dans l’éducation nationale, 34% des étudiants renoncent aux soins faute de moyens suffisants. Au Portugal, 23% des jeunes vivent sous le seuil de pauvreté. En Italie, l’âge de départ en retraite est repoussé à 65 ans. En Roumanie, les salaires sont amputés de 25%…

Pendant ce temps, les grandes entreprises françaises ont fait plus de 80 000 000 000 d’euros de profits en 2010. Autant de zéros que l’on ne retrouve pas sur nos fiches de paie.

Les banques privées, renflouées à coup d’argent public, continuent de s’enrichir sur notre dos. Quand la Banque Centrale Européenne leur fait des prêts avec un taux d’intérêt de 1%, elles imposent aux Etats des taux de 9 à 12%. La différence ? Dans leur poche ! Au lieu de servir aux écoles, aux hôpitaux, aux logements, aux transports, etc.

La droite a non seulement réarmé la machine à spéculer en transformant les dettes des banques en dette publique, mais elle a également multiplié les exonérations d’impôts pour les plus riches et les grandes entreprises !

« on n’a pas le choix, c’est la faute de la dette », c’est par cette imposture que Nicolas Sarkozy veut nous imposer la fameuse « règle d’or ». Son principe est simple : il s’agit d’inscrire dans la Constitution la politique d’austérité et d’injustice sociale que son gouvernement mène au bénéfice des marchés. Le message est clair : élisez qui vous voulez pourvu que les marchés et les agences de notations gardent le pouvoir pour amputer les services publics, les salaires et toutes les dépenses de l’État… ce serait un véritable coup de force contre la démocratie !

Alors que pour sortir de la crise politique et économique nous avons besoin de coopérations et de solidarités nouvelles entre les peuples, les gouvernements européens enfoncent le clou de la contrainte et de la concurrence. Les dernières mesures annoncées par le gouvernement Fillon participent de la même logique : toujours plus pour ceux qui ont tout ; toujours moins pour ceux qui travaillent, toujours moins pour les jeunes ! Incapable de changer de politique, la droite appui sur l’accélérateur et ne fait qu’amplifier les conséquences et les logiques de la crise !

Pour sortir de cette impasse il faut opposer la mobilisation populaire à la dictature financière ! Contre l’Europe de la concurrence nous voulons celle de la solidarité, contre l’Europe de la compétition nous voulons celle de la coopération, contre l’Europe des marché financiers, nous voulons l’Europe des peuples !

Le 15 octobre, nous appelons les jeunes à être massivement présents dans les rues de France et d’Europe pour répondre à l’appel des jeunes Indignés espagnol. Mobilisons-nous pour que l’argent ne serve plus à la spéculation, mais aille au développement de l’emploi, du logement, de la santé et de l’éducation !

Le 11 octobre, nous les appelons à participer aux initiatives qui seront prises dans le cadre de cette journée de mobilisation interprofessionnelle.

Alors que notre pays n’a jamais été aussi riche, nous n’acceptons pas que notre génération soit condamnée à la précarité à perpétuité !

Crise, dette : Nous ne devons rien, nous ne paierons rien !

Nous exigeons :

-Le retrait des mesures d’austérités du Plan Fillon

-De nos sénateurs et députés qu’ils votent contre la règle d’or l’arrêt des suppressions de postes dans l’Education Nationale, un plan pluriannuel d’embauches de professeurs, infirmières, conseillers d’orientation et un investissement massif dans l’ensemble des services publiques

-Un plan pour l’emploi des jeunes, refaisant du CDI la norme d’embauche

-La mise en place d’un statut social de la jeunesse pour les jeunes en formation et en insertion comprenant une allocation d’autonomie

-Le retour à la retraite à 60 ans, à taux plein et la prise en compte des années d’études dans le calcul des annuités

La Jeunesse Communiste du Cambrésis sera présente sur le terrain, pour porter ces revendications, dénoncer le faux débat de la dette servant de prétexte aux capitalistes pour imposer  l’austérité à la fois dans une prochaine action coup de point, prévu courant octobre, et par des futurs tractages pour conscientiser la jeunesse et les travailleurs, à lutter et s’organiser contre ça!