Palestine : un état maintenant !

10818208_784260484950927_7296248003714387488_o   Hier, à l’occasion de la braderie de Sainte Catherine,les jeunes communistes du Cambrésis étaient présents pour faire signer la pétition pour la reconnaissance d’un état Palestinien. Alors que ce 28 novembre nos élus voteront pour reconnaitre ou non l’Etat de Palestine, chacun d’entre nous se mobilise contre cet apartheid, contre les massacres, la colonisation et le mur de la honte qui assassinent lentement le peuple palestinien.   10818469_784261888284120_5467266150628785110_o 10448614_784261041617538_1222307003293472743_o

Quelque soit la décision de nos élus, nous continuerons de nous battre pour la justice en Palestine. Palestina vivra, Palestine vaincra !

Ci dessous, la lettre du MJCF aux parlementaires sur le vote du 28 :

Madame, Monsieur,

 Le vendredi 28 novembre et le jeudi 11 décembre prochains, en qualité de représentant de la Nation, vous aurez à exprimer le positionnement de la République Française sur la scène internationale.

 A ces deux dates, vous devrez prendre position, à travers une proposition de résolution, sur la reconnaissance de l’Etat de Palestine. Ce vote nous l’avons attendu, réclamé depuis plusieurs années : il est une étape importante pour faire triompher une paix juste et durable au Proche-Orient. Il doit ouvrir à une reconnaissance pleine et entière par le président de la République.

 Après l’agression israélienne de cet été, qui a causé plus de 2000 morts, plus de 10 000 blessés et ravagé la bande de Gaza, la reconnaissance de l’Etat palestinien est une nécessité impérative. Ce vote nous redonne espoir de croire en la paix, alors que les négociations entre les deux pays sont vouées à l’échec dans l’état actuel des choses.

Donner enfin aux Palestiniens la reconnaissance internationale de leur Etat dans les frontières de 1967 serait une réaffirmation de leur droit à l’autodétermination, un encouragement à poursuivre les discussions avec la communauté internationale. C’est également une clé de la résolution de la crise en cours au Moyen-Orient, région actuellement en proie à de nombreuses déstabilisations et horreurs.

 Si la seule reconnaissance d’un Etat palestinien n’est pas suffisante à résoudre la totalité de cette situation, elle est néanmoins une étape cruciale et relancerait une dynamique amenant à la fin du conflit basé sur l’occupation illégale d’un territoire. Faire un geste politique de cette ampleur, c’est ouvrir un espace de paix et fermer la porte aux partisans de la destruction.

 La France a une voix qui porte sur la scène internationale. Elle est entendue quand elle fait le choix d’écouter son peuple et de sa jeunesse favorables à cette reconnaissance à 65% et qui s’est mobilisé cet été pour exiger une issue politique à ce conflit. Elle est entendue quand elle relaie les aspirations légitimes d’un peuple à exister sur sa terre et vivre dans un Etat viable et souverain.

Il est donc grand temps que la France prenne ses responsabilités alors que de nombreux parlements européens se sont déjà positionnés en faveur de la reconnaissance de l’Etat de Palestine.

 Nous ne pouvons plus nous revendiquer du pays des droits de l’Homme, si nous ne revendiquons pas aujourd’hui un Etat palestinien aux côtés d’un Etat israélien! « Le moment venu » dont parle notre Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius ne peut être que maintenant : la France doit apporter sa pierre à l’édifice, à la construction de la paix entre les peuples israélien et palestinien ! La France doit amener l’Union européenne à se positionner pour de véritables sanctions internationales.

Nous ne pouvons plus fermer les yeux face aux agissements d’un Etat israéliendont le gouvernement d’extrême-droite saborde les négociations et entrave tous les jours la souveraineté d’un peuple ainsi que l’autorité de ses dirigeants par l’enfermement, l’humiliation et la colonisation.

 Au sein de la jeunesse française, la mobilisation pour un Etat palestinien est encore plus forte : nous voulons être la génération qui a fait tomber le mur de l’apartheid! Les élu(e)s français ne peuvent rester sourds face aux revendications de cette majorité, ne peuvent pas éviter la parole des jeunes de France qui sont déjà généralement déçus de nos institutions.

 La veille du 28 novembre, jour où vous serez appelé à voter, nous remettrons 30.000 pétitions appelant à la reconnaissance de l’Etat Palestinien. Au-delà de ces 30.000 signatures ce sont des milliers de jeunes que nous avons rencontré et mis en dynamique pour la justice et la paix en Palestine.

 En cette année internationale de la Palestine, décidée à l’ONU, au nom de tous les jeunes qui aujourd’hui, par leur mobilisation font entendre l’espoir de paix partout dans le pays, nous vous demandons de voter en faveur de ces résolutions, en faveur de la paix.

Nous vous remercions de prêter attention à nos revendications qui lient notre ambition commune de mettre fin au conflit au Proche-Orient sur la base du droit international.

 Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations républicaines.

Publicités

«Ce ne sont pas des soldats: ce sont des hommes. Ce ne sont pas  des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine […]  Ce sont des laboureurs et des ouvriers qu’on reconnaît dans leurs  uniformes. Ce sont des civils déracinés.» Henri BARBUSSE

 

Cette année, cela fait 96 ans que les combats de la première guerre mondiale ont pris fin. Aujourd’hui encore, dans les livres scolaires, possédés par Dassault et autres vendeurs d’armes, on apprend qu’elle a eu lieu parce que l’archiduc héritier de la couronne austro-hongroise s’est fait assassiné. Il est alors de notre devoir de lutter contre ce révisionisme et de rappeler que cette boucherie avait bien une visée impérialiste et que, loin de servir les intérêts du peuple français, elle n’a eu d’utilité que pour les marchands de canon.

Les jeunes communistes de Cambrai saluent donc la mémoire des morts, des blessés, des veuves et des orphelins, des fusillés pour l’exemple, de tout ceux qui ont subis ce conflit, de ceux qui ont tenté de s’y interposer. Alors que ce 11 novembre le cirque télévisé mettra une fois de plus en avant Hollande, Merkel et toute la clique des dirigeants qui continuent la tradition des guerres impérialistes, les jeunes communistes seront présents pour mener le combat et pour porter la mémoire de ceux qui ont été immolés sur l’autel du grand capital.
Sous prétexte de défendre la nation et de créer la paix future, des millions d’hommes ont été envoyés au front. Il est désormais grand temps de tirer leçon des sacrifices passés : arrêtons les guerres impérialistes !
L’OTAN, l’Union Européenne, tous ces organes impérialistes qui sont avant tout des instruments de la domination économique, politique, idéologique et militaire sur les peuples, nous entraînent aujourd’hui dans des guerres impérialistes au Mali, en Lybie, ou plus récemment en Irak sous prétexte de « lutter pour la démocratie » ou de « libérer le monde de la menace islamiste ». Combien de temps tolérerons nous encore le soutien de la France à l’Etat criminel d’Israël, où l’Apartheid et la colonisation étouffent chaque jour un peu plus le peuple Palestinien ? Combien de temps laisserons nous encore Hollande « apporter tout son soutien » au bourreau Erdogan et ses sbires qui martyrisent les kurdes et laissent Kobanê mourir à petit feu ? Assez ! Cette barbarie ne peut plus durer, il est grand temps de mettre fin au capitalisme, cause de tous ces maux !
Lénine disait lors de la conférence de Zimmerwald en septembre 1915 qu’il fallait « transformer la guerre impérialiste entre les peuples en une guerre civile des classes opprimées contre leurs oppresseurs, en une guerre pour l’expropriation de la classe des capitalistes, pour la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, pour la réalisation du socialisme. » Il est temps !
Chaque jour, nous nous battons contre l’oppression des peuples et pour une guerre entre les classes plutôt qu’une guerre entre les pays. Alors que la précarité ne cesse d’augmenter, nous disons : de l’argent, il y en a ! Puisqu’on a des dizaines de millions d’euros à mettre dans des rafales, récupérons le et créons des emplois !
En ce jour de commémoration des victimes de la première guerre mondiale, nous pensons à tous ceux qui sont morts, ceux qui meurent en ce moment même, et cela ne nous donne que plus de détermination dans notre lutte pour que, demain, plus personne n’ai jamais à donner sa vie pour des intérêts économiques.

En Syrie comme en Irak, non aux guerres impérialistes et au fascisme islamiste !

Un climat de peur s’installe sur le pays : climat anxiogène créé par les médias, déclarations alarmistes des politiciens… Tout est prétexte à faire monter l’islamophobie et à justifier la politique va t-en guerre des occidentaux. Prétextant de lutter contre DAESH la « coalition internationale » bombarde les territoires syrien et irakien ces derniers jours. Cependant beaucoup  de questions émergent sur la nature et le rôle de ce groupe d’état dirigé par les États-Unis dans le combat contre des groupes fascistes de nature islamiste ainsi que de la capacité des USA de mener un front contre la terreur.

  imperialismeLa présence,entre autres, dans ce groupe d’Etats de la France; des États-Unis, de la Turquie;des pays du Golf Arabique et du Liban fait partie des éléments qui questionnent le bien-fondé de la coalition internationale. Chacun de ces pays a soutenu les fondamentalistes et les groupes fascistes en Syrie d’une manière ou d’une autre : par des armes, par de l’argent, facilitant la mobilité de nombreux djihadistes de tout le globe vers la Syrie.

Les États-Unis, eux qui ont été à la fois soutiens et géniteurs de groupes fascistes dans le monde entier au cours du 20ème siècle – récemment entre autre au Venezuela et en Ukraine -, qui ont continuellement essayé de contrôler le Moyen Orient comme en témoigne leur soutien sans borne envers l’occupation sioniste de la Palestine, ne sont pas en position de mener une coalition afin de soi-disant contrer DAESH. La création de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant n’est qu’une des conséquences de leurs plans d’expansion dans la région !

On ne peut pas faire confiance aux États-Unis non plus pour combattre le   DAESH dans la mesure où ce pays qui est à la tête de l’impérialisme a déjà envahi plusieurs pays dans sa « lutte contre le terrorisme » et notamment l’Afghanistan et la Lybie dans ces dernières décennies sous ce prétexte fallacieux.

Un autre problème qui se pose est la différenciation entre djihadistes et « citoyens lambda »: une fois de plus, les civiles seront les premiers touchés. Comme lors des attaques d’Israël sur la Palestine, les enfants, les femmes, les hommes qui subissent déjà les représailles des terroristes devront faire face aux bombes des quelques unes des plus puissantes armées du monde, qui seront là non pas pour « libérer le monde de la menace terroriste » comme elles l’annoncent sans vergogne, mais bien pour défendre leurs intérêts économiques et politiques. Les Etats Unis ne cachent pas leur intention d’aller au sol à plus ou moins long terme : pourquoi se priveraient ils alors de s’accaparer les ressources du pays, comme cela a été fait dans le passé ? Le butin sera partagé entre les différentes grandes puissances, et les habitants méprisés.

C’est pour toutes ces raisons que nous combattons le fascisme et l’impérialisme, formes particulièrement violente du système auquel nous nous opposons : le capitalisme . Dans notre combat, nous accueillons tous ceux qui souffrent de ce système, nous appelons à l’Union de toutes ces forces afin de former un front international antifasciste et anti-impérialiste qui ne saurait être conduit ou ne saurait collaborer avec les USA.

Combattre l’impérialisme, et donc par là même le capitalisme, ses méthodes et ses mesures est la seule manière d’en finir avec l’occupation, la guerre, les interventions militaires et les morts innombrables. Des dangers comme DAESH nécessitent la solidarité populaire et le combat des peuples d’Irak,  de Syrie et du Liban ainsi que de toutes les forces internationales qui se battent avec les peuples, contre l’impérialisme. Les jeunes communistes défendent et défendront toujours l’auto-détermination et la défense des intérêts de peuples.

Cet article a été librement adapté du communiqué de la FMJD disponible ici afin de convenir à la vision des jeunes communistes du Cambrésis.